a propos de l'artiste

Masha Nelzy est une artiste peintre d’origine Russe. Française d’adoption, elle vit et travaille aujourd’hui à Paris.

 

Née le 21 décembre 1975 à Sébastopol, en Crimée, elle a commencé à voyager dès sa plus tendre enfance. Tout d’abord en Russie : l’Oural, la Crimée, la région de Volga, Moscou, Saint-Pétersbourg. Ensuite direction la Suisse et la France. Ces rencontres l’ont amenée à se rendre également dans les Caraïbes et dans certains des pays d’Europe de l‘Est. Sa vision de la vie est d’être toujours en mouvement et de ne jamais s’enraciner…

 

Masha a fait ses études des beaux arts et du design dans l’une des plus grandes et plus anciennes écoles Russes – L’Académie d’art et d’industrie Stieglitz, à Saint-Pétersbourg. Véritable « touche-à-tout », elle baigne dans l’art depuis son plus jeune âge, ce qui lui permet de développer les multiples facettes de son talent en travaillant plus tard dans le design, l’architecture d’intérieur, l’illustration, la BD et la peinture.

 

Le langage artistique est sa façon d’exprimer la fascination qu’elle ressent pour la beauté, la richesse et les contradictions de ce monde. Pour ses réalisations, elle utilise différentes techniques : aussi bien la peinture à l’huile ou l’acrylique, que le dessin, l’aquarelle, les carnets de croquis, la peinture numérique ou la bande dessinée.

 

Curieuse de tout, les sources d’inspiration de Masha sont multiples. Un des sujets qui actuellement lui tient à cœur est le métissage. En tant que Russe, vivant en France, et mariée à un homme noir, Masha exprime dans ses tableaux la beauté plurielle, la richesse des origines imbriquées. Notre époque a rapproché les différentes cultures qui, autrefois, étaient très éloignées les unes des autres. Aujourd’hui, celles-ci s’entrechoquent ou fusionnent ensemble. C’est ce rapprochement culturel qui explique la fascination que les arts « premiers » exercent sur Masha.

 

Si la peinture de Masha est principalement figurative, l’artiste ne se pose aucune limite. C’est ainsi que des paysages et des croquis urbains peuvent parfois s’inspirer de références visuelles spécifiques, comme le rendu des anciennes photographies et leur incontournable teinte sépia ou la mise en page très personnelle des carnets de voyages des grands explorateurs. Les personnages passent également à travers le filtre de son propre conte de fée intérieur et deviennent au gré de sa fantaisie  des “visages-métaphores“, des silhouettes vaguement oniriques, voire des figures réalistes.

 

Fortement imprégnée par les courants artistiques de la fin du XIXème jusqu’à la première moitié du XXème siècle, Masha reste néanmoins une artiste singulière.  Elle évolue dans un univers bien à elle qui est tantôt peuplé de personnages fictifs, tantôt rempli d’images du monde réel même banales dont elle sait capturer l’essence poétique.

 

En conclusion, son chemin artistique consiste à porter son regard sur des scènes simples pour les observer sous un angle différent, afin de percevoir leur mystère (il y en a toujours un) et de trouver leur beauté, car il y a toujours de la poésie en toute chose.